Covid-19 : Arbre des Causes et des Conséquences

L’arbre des causes et des conséquences : un atout pour apprendre des événements passés. Un exemple parlant avec la crise du Covid-19.

L’un des piliers fondamentaux de tout système de management Qualité Sécurité Environnement ou Énergie consiste à apprendre de ses erreurs et de ses réussites. C’est ce que l’on appelle le retour d’expérience, primordial dans l’identification des non-conformités et la mise en place d’actions correctives (exigences décrites dans le chapitre 10.2 des normes ISO 9001/ISO 14001/ISO 45001/ISO 50001).

Mais comment tirer toutes les leçons d’un événement passé ?

C’est là que doit intervenir une analyse fine et poussée des faits survenus avant et après l’événement en question, afin de pouvoir en identifier les déclencheurs principaux et les facteurs aggravants. Cet arbre des causes et des conséquences permettra alors de définir les actions correctives les plus efficaces.

Arbre des causes et conséquences : le principe

Pour réaliser cette analyse indispensable, la méthode la plus communément employée est celle dite du nœud papillon. Il s’agit d’établir un schéma représentant l’enchaînement logique des causes ayant entraîné l’événement indésirable, ainsi que celui des conséquences que cet incident a générées.

Causes à gauche, événement au centre, conséquences à droite… Vous obtenez un schéma ordonné, en forme de nœud papillon, utile pour mieux comprendre l’incident.  Cette visualisation vous aidera à engager les actions correctives permettant d’éviter qu’il ne se reproduise ou d’en limiter les effets indésirables.

Comment dessiner ce nœud papillon, ou arbre des causes et conséquences ?

Noeud papillon, arbre des causes

 

Commencez l’exercice en vous posant une première question : pourquoi la crise, l’incident, l’événement s’est-il produit ? Listez les causes immédiates vous venant à l’esprit en ne sélectionnant que les données factuelles. Bannissez les jugements, avis et opinions, qui seraient subjectifs et fausseraient l’analyse. Ne vous arrêtez pas là !

Chaque cause identifiée doit relancer une série de questions :

  • Qu’a-t-il fallu pour que ce fait apparaisse ?
  • Est-il suffisant pour expliquer l’apparition de l’événement ?
  • Est-il nécessaire pour que ce dernier se produise ?

Et vous recommencez pour chaque cause jusqu’à reconstituer bien en amont l’enchaînement des faits ayant entraîné le problème.

Vous faites de même avec les conséquences : l’incident a provoqué tels faits qui ont eux-mêmes entraîné d’autres conséquences, etc.

Cet outil synthétique et graphique est couramment utilisé dans l’analyse et la gestion des risques professionnels.

Je vous propose maintenant de l’utiliser pour décoder cet événement majeur qui nous a tous touchés : la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 déclenchée en Chine au début de l’année 2020.

Analyse de la crise sanitaire liée au Covid-19

Voici donc un arbre des causes et des conséquences, bâti à partir des informations recueillies en date du 14 avril 2020. Il s’agit d’une réflexion personnelle, incomplète puisque réalisée alors que l’épidémie bat son plein, en Europe et ailleurs. Mais elle a sans doute le mérite de tenter une vision globale de la crise et de proposer, au final, deux possibilités d’action.

Covid-19 : arbre des causes et des conséquences

 

Pour une meilleure visibilité, cliquez sur l’image puis zoomez !

Pour recevoir cet arbre des causes et des conséquences en fichier pdf, envoyez-moi votre demande par mail à l’adresse suivante : yf@nordqualiteconseil.com. Je me ferai un plaisir de vous le transmettre !

Plan d’action à court terme

Il permet une relance rapide de l’économie. Il limite les conséquences de la crise majeure frappant l’ensemble des pays et entraînant pénuries, migrations, difficultés sociales consécutives à des licenciements massifs et à la baisse des revenus, et faillite de nombreuses entreprises. La crise est d’autant plus problématique qu’elle touche en priorité les personnes les plus vulnérables. Elle aggrave donc encore leur situation.

En soutenant les entreprises et les populations les plus impactées, ce plan a pour objectif de les aider à surmonter le choc. Il tente d’éviter d’alimenter les inégalités sociales et géographiques, causes racines de la crise sanitaire (un tel phénomène, symbolisé sur le schéma par la flèche rétroactive bleue, ajouterait en outre un risque de chaos et de guerre à une situation déjà inextricable).

Mais cette relance économique éclair comporte également un risque important. Celui de se transformer elle aussi en facteur de résurgence de la crise sanitaire (symbolisé cette fois par la flèche rétroactive rouge en pointillés). Ce serait le cas si les financements octroyés étaient dirigés exclusivement en faveur d’une économie basée sur le profit et la croissance à court terme sans attention portée aux conséquences collatérales :

  • augmentation des combustions liées à l’utilisation des énergies fossiles ;
  • amplification des excès de la société de consommation ;
  • renforcement des inégalités sociales et géographiques (que l’on a pourtant cherché à limiter sur le court terme) ;
  • accroissement de la déforestation ;
  • surexploitation des ressources naturelles ;
  • développement d’une agriculture et d’un élevage toujours plus intensifs ;
  • destruction de la biodiversité ;
  • etc.

Ces conséquences deviendraient donc causes de réapparition du problème sanitaire, tout en étant déjà celles d’un autre désastre majeur, amorcé depuis des décennies, la crise climatique.

Ce plan d’action à court terme, que l’on appelle la relance brune, apparaît donc doublement pénalisant et totalement inefficace pour se préserver des effets dévastateurs provoqués par les pandémies et le réchauffement climatique.

Plan d’action à long terme

Nous parlons cette fois d’un plan de relance verte, pour une reprise plus durable.

Il présente des objectifs sociaux, solidaires et environnementaux ambitieux s’attaquant aux causes profondes du problème actuel (voir la flèche en longs pointillés verts sur notre arbre des causes et des conséquences). Il limiterait donc le risque de résurgence de crises sanitaires graves comme celle du Covid-19.

Ce plan permet également de renforcer les capacités de résilience de nos systèmes, que ce soit d’un point de vue économique, social ou sanitaire. Il s’appuie sur les aspects bénéfiques de la crise :

  • développement des circuits alimentaires courts ;
  • augmentation du télétravail ;
  • innovations solidaires (nous en voyons aujourd’hui de nombreux exemples pour la fabrication de masques ou de respirateurs artificiels) ;
  • prise de conscience du grand public (et peut-être des décideurs ?) des impacts de notre activité sur l’environnement. Nous avons tous vu ces images avant / pendant le confinement indiquant une réduction spectaculaire de la pollution et du bruit, ainsi qu’un répit bienvenu pour la faune ;
  • etc.

L’objectif du plan (symbolisé par la cible du schéma) consiste à diminuer notre empreinte écologique, cette fois de manière volontaire et non subie !

Quelle relance après le Covid-19 ?

La dernière crise économique majeure s’est produite en 2008. Nous avons aujourd’hui de bien meilleures possibilités d’investissement qu’à l’époque, à un coût moindre et susceptibles de créer une nouvelle activité économique, des emplois et une richesse saine. Nos dirigeants peuvent prendre le parti de :

  • investir dans la rénovation thermique des bâtiments ;
  • inciter à l’achat de véhicules propres ;
  • soutenir l’agro-écologie et les énergies renouvelables ;
  • placer la restructuration des dettes publiques sous condition d’investissements massifs dans la transition écologique et solidaire ;
  • orienter la recherche en priorité vers les domaines de la santé et du réchauffement climatique ;
  • relocaliser les industries stratégiques comme la santé ou l’énergie ;
  • etc.

À l’heure où j’esquisse ma version de l’arbre des causes et des conséquences liées à la pandémie de Covid-19, la pression monte sur les décideurs. C’est ce qu’indique cet appel de 180 signataires du monde politique et économique : plan de relance verte pour un monde durable.

Nous, particuliers, entreprises, gouvernements, pouvons faire en sorte que la tragédie du coronavirus marque le début d’une ère nouvelle. Un tel changement prendra du temps. Cela semble cependant la meilleure façon de nous assurer que le « jour d’après » ne ressemble pas au « jour d’avant ».

Vous aimeriez participer à cette relance verte ? Utiliser l’arbre des causes et des conséquences pour déterminer les solutions les plus durables pour votre entreprise ? Contactez-nous !

Phasellus ipsum vulputate, libero. felis tristique sed quis commodo